Montaigne

Résumé court et simple de la pensée de Montaignemichel-de-montaigne

Montaigne dit qu’il faut respecter les coutumes des autres, même si l’on ni croit pas. Il est très ironique, quand il écrit, il dit aux lecteurs de ne pas lirent ses livres, car il ne parle que de lui. Il parle de lui en se comparant aux autres pour apprendre à mieux se connaître et il essait de comprendre qui il est par rapport à des sujets qui le dépassent, comme la mémoire ou le mensonge. Avant Montaigne, on ne parlait pas de soi et on écrivait encore moins des livres sur soi.

Dans l’essai des menteurs Montaigne dit qu’il a une mauvaise mémoire, mais qu’il y a des avantages; oublier les torts qu’on nous a fait. La mémoire est très sélective. Souvent, les gens qui ont une excellente mémoire ont un mauvais jugement. Ils peuvent parler, mais sont incapables de réfléchir et de juger des questions fondamentales. La mémoire devrait servir à se souvenir des conclusions de nos expériences. Les connaissances accumulées doivent être justifiées par une expérience et une opinion. Ensuite, le radottage n’est pas un problème de mémoire, mais surtout un problème de jugement. Le mauvais jugement peut amener au mensonge. Plutot que de dire que le mensonge est mal, Montaigne dit qu’il n’est pas efficace. Cette affirmation va rejoindre des gens dans le genre de Machiavel. Ils nesont pas efficaces parce que défformer les faits est un problème pour les humains. On garde en mémoire la vérité, donc elle mélange le vrai du faux. Inventer les faits est aussi difficile, car la mémoire garde mieux en elle la vérité. Comme on invente c’est plus difficile pour elle de se rappeller les petits détails que l’on a racontés. Les gens qui mentent disent souvent des choses à quelqu’un puis le contraire à quelqu’un d’autre et se mêlent aussi dans leurs histoires. Deplus, mentir est contre notre nature. Nous avons la paroles pour nous entre-connaître. Ceux qui mentent corrompent la vrai nature de la parole et la parole sert à apprendre. Aussi, on peut tellement s’habituer à mentir que l’on devient incapable de dire la vérité, même lorsque cela nous serait profitable. Quelqu’un qui vérifit les choses par lui-même est moins suceptible de tomber dans les pièges des menteurs.

Dans l’essai divers évènements de même conseils, Montaigne parle de la fortune. La fortune reste toujours maître des évènements et la prévoyance des humains est faible. On ne peut pas prévoir si la cruauté sera plus efficace que la clémence. Puisque l’on ne peut pas le prévoir, il faut être clément. La clémence est plus belle et plus noble. Puisque l’on ignore ce qui est le plus efficace, soyons honnêtes. Si l’on cherche à être en contrôle de nos actions, choisissons la moralité de nos actions et non le résultat. Comme la fortune domine les grands évènements de notre vie, notre tâche comme humain est de se fortifier contre ses coups. Contrôler son âme face aux coups de la fortune. Aussi, à force de vouloir tout prévoir et tout calculer, on court vers la déception.

Dans l’extrait de nous ne goûtons rien de purs Mon taigne parle du plaisir et de la mélancolie. Le plaisirs est souvent associé à la peine, car il vient souvent avec elle et l’inverse est aussi vrai. Le rire pur est accompagné de larmes, mais nous ne sommes pas capable d’y goûter, on commence à s’uffoquer et notre corps demande d’arrêter. Nous ne sommes pas fait pour vivre le plaisir aussi pirement et pleinnement. Quant à la mélancolie, c’est le bonheur d’être triste. Il faut chercher à en sortir. Rousseau, par exemple, se vautre dans la mélancolie, parce qu’il trouvait que ce qu’il goûtait était imparfait. Pour Montaigne, quelqu’un qui trouve que la vie à une saveur de sucrée et douxest quelqu’un qui ne comprend pas la réalité ni l’homme. C’est aussi quelqu’un qui s’illusionne.

L’amitié

L’amitié est une pation spirituelle, car on aime l’âme de la personne et pas son corps. Un ami n’est pas un partenaire de sport ou d’affaires. Deux amis discutent. L’activité qui anime l’amitié est la discussion; sur l’expérience de chacun, sur la compassion et sur le monde dans lequel les deux amis évoluent. Pour se connaître, il faut se reconnaître en quelqu’un d’autre. L’amitié c’est ce connaître à travers l’autre.

About these ads

À propos de ennozha

Juste pour parler et voir si l'on m'écoute, voir si ce que je dis peut avoir un sens ou non. Regarder l'impact de mots et de pensées...en Voir tous les articles par ennozha

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :